iconArrow iconBedrooms iconCalendarOk iconFacebook iconGallery iconGooglePlus iconGrid iconHat iconHeart iconHeart2 iconLinkedin iconList iconLocation iconMail iconMarker iconPinterest iconPrint iconRooms iconShare iconStar iconSurface iconTwitter iconVideo iconWallet viagerOccupation viagerRente viagerTete

SCI : avantages et inconvénients

Essentiellement constituée pour faciliter la gestion collective d’un ou de plusieurs biens immobiliers, la Société Civile Immobilière présente, comme la majorité des contrats de société, des avantages et des inconvénients qu’il convient de bien appréhender avant de se lancer. Mode d’emploi…
SCI : avantages et inconvénients

Les principaux avantages de la SCI

En règle générale, une Société Civile Immobilière (SCI), et notamment la SCI à caractère familial, est créée pour optimiser la transmission d’un patrimoine immobilier en évitant les pièges tendus par l’indivision. Mais au-delà de ses atouts successoraux, ce statut juridique possède un autre argument de poids : elle permet aux associés de bénéficier d’une exonération sur les plus-values lors de la revente de leurs parts après 15 ans de détention.

En outre, les déficits fonciers, dans une limite de 10 700 €, peuvent également être déduits du revenu fiscal de chacun des associés. Sauf statuts contraires, le ou les gérants de la SCI sont en mesure de signer les actes courants de la vie de la société sans avoir l’autorisation ou le vote préalable des associés, ce qui favorise une gestion administrative beaucoup plus simple et fluide.

Les principaux inconvénients de la SCI

Outre les formalités administratives obligatoires, la constitution d’une Société Civile Immobilière (SCI) a aussi un coût puisque les fondateurs doivent anticiper les frais liés à la rédaction et à la signature des statuts, à l’immatriculation au greffe du tribunal de commerce ainsi qu’à la parution de l’annonce légale. Si les pouvoirs qui lui sont attribués permettent au gérant d’accomplir plusieurs actes, de nombreuses obligations légales viennent toutefois alourdir la gestion : organisation et tenue d’une assemblée générale annuelle des associés, rédaction de procès-verbaux, suivies d’une comptabilité approfondie (si la SCI est imposée sur les sociétés).

Enfin, les associés sont responsables indéfiniment des résultats de la SCI et, par conséquent, de ses dettes. Chacun d’entre eux engage son patrimoine personnel, à hauteur de la valeur de ses parts sociales, pour les rembourser.

Ce site utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies de ce site.