• Espace conseil
  • Comment concevoir un plan de reprise d’entreprise : Guide Capifrance pour tout savoir sur la meilleure manière de monter un plan de reprise d’entreprise.
30 mai 2018

Comment concevoir un plan de reprise d’entreprise

Étape incontournable pour le repreneur dans le processus de reprise d’entreprise, la conception du plan de reprise doit comprendre des informations clés pour atteindre son objectif. Suivez le guide Capifrance pour tout savoir sur la meilleure manière de monter un plan de reprise d’entreprise.

Comment concevoir un plan de reprise d’entreprise ?

Étape incontournable pour le repreneur dans le processus de reprise d’entreprise, la conception du plan de reprise doit comprendre des informations clés pour atteindre son objectif. Suivez le guide Capifrance pour tout savoir sur la meilleure manière de monter un plan de reprise d’entreprise.

Préparation

Quel est l’objectif d’un plan de reprise d’entreprise ?

Pour le repreneur, le premier objectif du plan de reprise est de clarifier ses intentions. D’abord pour lui-même, car ce document va lui servir de base sur laquelle il pourra s’appuyer pour revoir sa stratégie de départ. Mais le plan de reprise sert aussi et avant tout à présenter son projet aux différents partenaires.

Avant de s’engager dans un projet, les différents investisseurs ont en effet besoin d’être rassurés sur les capacités du repreneur à mener à bien son projet.

Pour atteindre son objectif, le plan de reprise d’entreprise doit contenir un certain nombre d’informations clés.

Informations clés

Quelles informations clés doit contenir le plan de reprise ?

Le repreneur doit consigner toute sa stratégie dans son plan de reprise. Pour élaborer sa stratégie et budgétiser les actions qu’il souhaite mettre en place, il est conseillé d’élaborer :

  • Un plan marketing
  • Un plan de production et d’approvisionnement
  • Un plan de recherche et développement
  • Un plan des frais généraux

Le plan marketing

En élaborant son plan marketing, le repreneur mène une réflexion sur les produits et/ou services proposés par l’entreprise, les profils et attentes des consommateurs cibles (personas), ainsi que sur la politique tarifaire. Celle-ci est-elle adaptée aux attentes des clients/consommateurs ? Est-elle trop élevée/trop basse par rapport à la concurrence ?

Le plan marketing permet également de réfléchir à la politique de distribution de l’entreprise. Pour mener sa réflexion, le repreneur pourra se poser les questions suivantes :

  • Sur quelle zone géographique mon entreprise doit-elle se concentrer prioritairement ?
  • Quels sont les réseaux de distribution existants pour distribuer mes produits/services sur cette zone ?

Le plan de production et d’approvisionnement

Le plan de production et d’approvisionnement sert à faire des prévisions à court, moyen et long terme. Pour l’élaborer, le repreneur se fonde donc sur le chiffre d’affaires prévisionnel de l’entreprise. Ce chiffre d’affaires est évalué en fonction des prévisions de vente de la société, des variations de stocks et des délais de fabrication.

Le chiffre d’affaires prévisionnel servira à estimer le volume de production, le rythme d’approvisionnement et la logistique à mettre en place.

Par la même occasion, le repreneur procédera à l’évaluation des charges de l’entreprise afin d’estimer un résultat net.

Le plan de recherche et développement

Ce plan permet au repreneur de mener une réflexion sur la façon dont il compte pallier les faiblesses de la société. Cela peut consister, par exemple, dans la recherche de nouveaux débouchés ou l’amélioration des techniques de production. A chaque mesure d’amélioration envisagée, le repreneur estime les budgets afférents et réalise une planification des dépenses.

Le plan des frais généraux

Le plan des frais généraux permet au repreneur d’estimer au cours d’une année fiscale toutes les charges fixes de la société reprise.

Par frais généraux, nous entendons :

  • Les salaires et charges sociales du personnel
  • Les salaires et frais de la direction
  • Les loyers, assurances, factures de téléphone, fournitures de bureau, honoraires
  • Les impôts et taxes
  • Les frais financiers

Une fois les différents plans opérationnels réalisés, il est temps pour le repreneur de mettre en œuvre le montage juridique du plan de reprise d’entreprise.

Montage juridique

Le montage juridique du plan de reprise d’entreprise

Le choix du montage juridique est capital car il entraîne des conséquences multiples, et notamment d’ordre fiscal, social et patrimonial.

N’hésitez pas à demander à nos conseillers immobiliers indépendants du réseau Capifrance des conseils pour vous orienter vers le meilleur choix possible. Nos conseillers pourront ainsi répondre aux questions essentielles afin d’opter pour le montage juridique optimal pour la reprise d’entreprise.

Voici quelques exemples de questions essentielles à se poser :

  • Achetez-vous un fonds de commerce ou des parts sociales ?
  • Achetez-vous seul, en famille ou avec des partenaires en capital ?
  • Pour la reprise du fonds de commerce, comptez-vous constituer une entreprise individuelle ou une société (par exemple une EURL, une SARL ou une SAS) ?
  • En ce qui concerne les parts sociales, s’agit-il un rachat direct ou via une holding ?

Montage financier

Le montage financier du plan de reprise

Une fois les plans opérationnels et le montage juridique élaborés, le repreneur réalise le montage financier du plan de reprise d’entreprise.

L’objectif du montage financier est double :

  • Déterminer le niveau des ressources à mobiliser pour que le projet de reprise soit mis en œuvre
  • Vérifier la viabilité du projet de reprise

Pour réaliser le montage financier, le repreneur établira des tableaux prévisionnels qui comporteront deux volets :

  1. Le financement de l’acquisition
  2. Le financement de l’activité

Les tableaux prévisionnels vont permettre de réaliser un plan de financement prévisionnel. Ce plan vise à répondre aux questions suivantes :

  • Quels sont les capitaux nécessaires pour financer l’acquisition et est-il possible de les réunir ?
  • Quel est le seuil de rentabilité de l’entreprise, c’est-à-dire le niveau à partir duquel les charges sont égales aux produits ?
  • Quel est le résultat net prévisionnel de l’entreprise, c’est-à-dire le rapport entre l’ensemble des dépenses et des recettes au cours de l’année fiscale ?
  • Existe-t-il un équilibre ou un déséquilibre entre les recettes encaissées et les dépenses au cours d’une même période ?

Lorsque le repreneur aura élaboré son plan de financement prévisionnel, il devra s’assurer qu’il ne se met pas en situation de faillite personnelle du fait de l’entreprise reprise. Pour ce faire, il ajoutera au plan de financement prévisionnel un plan de financement personnel.

Ces articles  

peuvent vous intéresser aussi...

  • Acheter

La garantie légale des vices cachés en matière d'immobilier

Quand et comment peut-on faire jouer la garantie légale de vices cachés ?

Lire la suite
  • Vendre
  • Acheter

État des Servitudes ‘Risques’ et d’Information sur les Sols (ESRIS)

Qu'est-ce que l'ESRIS ? Comment faire ? Eléments de réponse.

Lire la suite

Vous êtes localisé à  

Montpellier Modifier
°°°

Mes alertes

Besoin d'aide?

CAPIFRANCE

close
Changer

Retrouvez facilement vos coups de cœur ?

Et profitez d’autres outils pour vous aider dans votre projet immobilier !

ici votre message

Confirmer

Êtes vous sûr ?

Confirmer Annuler

Mot de passe oublié ?

Veuillez saisir l'email de votre compte

Confirmer l'adresse

Nos conseillers sont à votre disposition, merci de nous préciser le sujet de votre question afin d’y répondre au mieux.

Civilité

Nos conseillers Capifrance s’engagent à vous recontacter dans les plus brefs délais pour échanger sur votre projet immobilier et vous apporter des informations complémentaires.