• Espace conseil
  • Repreneur : comment financer la reprise d’entreprise : Capifrance vous guide pour trouver le financement qui convient le mieux à votre projet.
12 mar 2018

Repreneur : comment financer la reprise d’entreprise

Une fois l’entreprise à reprendre trouvée, les diagnostics et le montage du plan de reprise effectués, le repreneur doit se mettre à la recherche de fonds pour financer son projet. Un large éventail de prêts est à sa disposition. Capifrance vous guide pour trouver le financement qui convient le mieux à votre projet.

Comment financer la reprise d’entreprise

Une fois l’entreprise trouvée, les diagnostics et le montage du plan de reprise effectués, le repreneur doit se mettre à la recherche de fonds pour financer son projet de rachat. Un large éventail de prêts, publics et privés, est à sa disposition. Capifrance vous guide pour trouver le financement qui convient le mieux à votre projet.

Se faire accompagner

L’accompagnement à la création et à la reprise d’entreprise

L’accompagnement à la création et à la reprise d’entreprise est une compétence dévolue aux régions depuis le 1er janvier 2017. Suivant les conseils régionaux, l’aide peut prendre la forme d’un prêt à taux zéro, dont la durée est généralement comprise entre 1 et 5 ans. Elle est généralement d’un montant compris entre 1000 et 10 000 euros.

Pour en bénéficier, le repreneur doit exercer le contrôle effectif de l’entreprise, c’est-à-dire posséder au moins 50% du capital, seul ou en famille, avec au moins 35% du capital à titre personnel.

Le repreneur doit en plus obligatoirement obtenir un prêt bancaire. Sa particularité ? Sa durée et son montant doivent être supérieurs au prêt à taux zéro.

Participation au capital

La prise de participation au capital

Les investisseurs tels que les sociétés de capital-investissement ou les business angels sont spécialisés dans la prise de participation au capital des entreprises.

Les sociétés de capital-investissement créent conjointement avec le repreneur une holding qui s’endette pour acquérir la totalité du capital de la société reprise.

La prise de participation au capital peut prendre différentes formes : capital risque, capital transmission, achat à effet de levier (LBO), capital développement ou capital retournement.

Prêt d'honneur

Le prêt d’honneur

Accordé au profit du repreneur (personne physique) et non de l’entreprise qu’il reprend, le prêt d’honneur a pour objectif de compléter l’apport financier personnel nécessaire pour les fonds propres et le besoin en fonds de roulement de départ.

Normalement, le prêt d’honneur sert à financer tous les types de projets s’ils démontrent leur viabilité potentielle. Mais en pratique, les associations spécialisées dans l’accompagnement des entreprises qui octroient les prêts d’honneur (le plus souvent, une association créée pour développer le tissu économique local) ont tendance à privilégier un secteur d’activité précis (par exemple, les nouvelles technologies) ou une zone géographique spécifique.

Le montant des prêts varie selon les associations spécialisées dans l’accompagnement des entreprises. Ils peuvent aller de 3000 à 50000 euros, et même au-delà pour les projets les plus innovants.

Le prêt d’honneur est accordé par l’association après délibération.

Il est octroyé sans garantie ni caution personnelle. Le plus souvent, son taux d’intérêt est nul. Les échéances de remboursement sont longues, variant de 3 à 6 ans.

Le prêt d’honneur ne peut pas remplacer un prêt bancaire, mais peut permettre d’en faciliter l’obtention.

Contrat de développement

Le contrat de développement transmission de Bpifrance

Le contrat de développement transmission de Bpifrance s’adresse uniquement aux PME, c’est-à-dire aux entreprises de moins de 250 salariés, ayant un chiffre d’affaires de moins de 50 millions d’euros et n’étant pas détenue à plus de 25% par une ou plusieurs entités qui ne sont pas des PME.

Il s’agit d’un prêt qui ne bénéficie d’aucune garantie ni caution personnelle. Le montant varie entre 40 000 euros et 650 000 euros. La durée de remboursement est de 7 ans maximum (la charge de remboursement est allégée les 2 premières années qui suivent la transmission, période la plus sensible lors d’une création ou reprise d’entreprise).

Le contrat de développement transmission sert à financer un fonds de commerce ou l’achat majoritaire de parts ou d’actions. Il peut également servir à financer les frais d’acquisition, le remboursement de comptes courants ou le renforcement du fonds de roulement.

Garantie transmission

La garantie transmission de Bpifrance

La garantie transmission de Bpifrance a pour objet de permettre l’installation de nouveaux entrepreneurs, grâce au rachat d’un fonds de commerce ou d’une PME, en facilitant leur accès à un crédit bancaire.

Pour en bénéficier, le repreneur et l’entreprise visée doivent répondre tous les deux à la définition de la PME au sens du droit européen.

La garantie transmission vise à financer l’achat de parts sociales et la reprise de fonds de commerce.

La garantie est de 50% du concours bancaire. Elle peut aller jusqu’à 70% avec le concours de certaines régions.

Le FGIF

Le fonds de garantie à l’initiative des femmes (FGIF)

Le fonds de garantie à l’initiative des femmes vise à aider les femmes qui veulent créer, développer ou reprendre une entreprise, quels que soient la forme juridique de l’entreprise, le secteur d’activité et le statut de l’entrepreneure.

La limite de garantie est fixée à 70% du montant du prêt et 45000 euros.

Le prêt doit être d’un montant de 5000 euros minimum et sa durée comprise entre 2 et 7 ans.

L'AGEFIPH

L’aide à la reprise d’entreprise par une personne handicapée de l’Agefiph

Pour bénéficier de l’aide, la personne handicapée doit créer ou reprendre une entreprise permettant d’assurer un emploi pérenne compatible avec son handicap. Peu importe la forme juridique de l’entreprise.

Le repreneur doit avoir le contrôle effectif de l’entreprise, c’est-à-dire posséder au moins 50% du capital, seul ou en famille.

L’aide à la reprise d’entreprise par une personne handicapée de l’Agefiph vise à soutenir uniquement les frais de départ. Elle prend la forme d’une aide forfaitaire de 5000 euros. Elle ne peut être accordée que si l’apport personnel est de 1500 euros au moins.

Cette aide est compatible avec les autres aides de l’Etat.

Ces articles  

peuvent vous intéresser aussi...

Qui sont les acheteurs de biens Luxe & Prestige en France en 2017 ?

Lire la suite

CARNEO, l'assistant immobilier numérique

Découvrez le nouveau service de Capifrance pour simplifier votre immobilier

Lire la suite

Vous êtes localisé à  

Montpellier (Tous codes postaux) Modifier
°°°

Mes alertes

Besoin d'aide?

CAPIFRANCE

close
Changer

Retrouvez facilement vos coups de cœur ?

Et profitez d’autres outils pour vous aider dans votre projet immobilier !

ici votre message

Confirmer

Êtes vous sûr ?

Confirmer Annuler

Mot de passe oublié ?

Veuillez saisir l'email de votre compte

Confirmer l'adresse

Nos conseillers sont à votre disposition, merci de nous préciser le sujet de votre question afin d’y répondre au mieux.

Civilité

Nos conseillers Capifrance s’engagent à vous recontacter dans les plus brefs délais pour échanger sur votre projet immobilier et vous apporter des informations complémentaires.